Guinée: un ultimatum de 24 heures donné au gouvernement pour baisser le prix du carburant

0

La société civile guinéenne regroupée au sein des forces sociales de Guinée a lancé, mardi 10 juillet 2018, un ultimatum de 24 heures au gouvernement pour ramener à 8.000 GNF le prix du carburant à la pompe, a-t-on appris

Cette annonce a été faite au terme d’une marche pacifique où plusieurs activistes de la société civile et hommes politiques ont pris part.

« Nous sommes sortis pour dire non au gouvernement. Il n’y a pas de politique ici, c’est un mouvement social qui revendique la baisse du prix du carburant » a précisé le président du conseil national des organisations de la société civile (CNOSC), docteur Dansa Kourouma.

Par la voix du président du CNOSC, la société civile guinéenne a donné 24 heures au gouvernement pour baisser  le prix du carburant à la pompe sans quoi, confie-t-il,  la société civile prendra ses responsabilités.

« La récréation est terminée. La prochaine manifestation, au lieu d’un million de personnes, il y aura 10 millions de personnes qui seront dans la rue » a promis Dansa kouroumah.

Au moins 10.000 personnes ont répondu à l’appel des forces sociales, selon les organisateurs. Un chiffre contesté par la police qui parle de 5.000 à 6.000 manifestants.

Les négociations entre gouvernement et syndicat se sont soldées par un échec depuis le début de la crise et une nouvelle rencontre est annoncée ce jeudi, selon un responsable syndical.

Face aux multiples contestations contre la hausse du prix du carburant de 8.000 à 10.000 francs guinéens, depuis le 1er juillet 2018, le gouvernement a justifié dans un communiqué cette augmentation par la hausse des cours mondiaux du pétrole.

Selon les autorités guinéennes, le montant cumulé de la subvention consentie par le Gouvernement, d’Octobre 2017 à Juin 2018, se chiffre à un montant global d’environ GNF 765 milliards.

Il s’agit d’une perte d’environ 100 milliards par mois pour le trésor public a ajouté le gouvernement dans son communiqué.

Alpha Binta Diallo

Partager.

Laisser un commentaire