Traduire

Arrêt du train Conakry Express: les incompréhensions au sommet de l’État

0

En conseil des ministres, Alpha Condé a instruit, lundi 24 octobre 2016, à son ministre des transports d’accélérer les travaux de réparation et de remise en marche du train Conakry-Express. En réalité ce train est-il en panne ou sciemment arrêté par les partenaires chionois pour exiger du gouvernement la signature de l’accord de paiement de plus de 40 millions de dollars?

De 2009 à nos jours, tous les frais liés au fonctionnement et l’entretien du train, y compris son achat, son acheminement vers la Guinée, et même les salaires de tous les employés, seraient à la charge des partenaires chinois. C’est pour quoi, ils ont décidé depuis le 1er octobre dernier d’immobilier le train jusqu’à ce que l’Etat guinéen s’acquitte.

Contacté peu après l’arrêt de Conakry-Express, le directeur général du Chemin de Fer avait confirmé que l’Etat guinéen doit à la société chinoise la somme de 45 millions de dollars.

“Le train est en bon état et est carburé. Il s’est arrêté momentanément à cause d’une signature et malheureusement au moment de son arrêt, madame la ministre de l’Economie et des Finances est en mission aux Etats-Unis. Sinon, on aurait déjà trouvé la solution. A son retour, on aura la dernière signature », disait Naby Badras Yora pour couper ainsi court à toute éventualité de panne.

Si aujourd’hui, c’est le chef de l’Etat qui demande à ce qu’on accélère les travaux de réparation de ce train, il va s’en dire qu’il est très informé de la situation. Et pourtant, les médias locaux en ont fait largement échos.

Alpha Condé n’avait-il pas dit qu’il n’écoute pas la radio, ne va pas sur internet et ne lit pas les journaux de son pays?

Zoneafrique.net

Partager.

Laisser un commentaire