Ratoma, l’enfer guinéen

0

Depuis six, sept ans, il est clairement établi que vivre dans la commune de Ratoma est un gros risque. Parce que dans cette zone, l’Etat n’existe que par la présence massive des services de Police et de Gendarmerie, prêts à réprimer dans le sang toute forme de contestation de la gouvernance d’Alpha Condé.

Les citoyens de Ratoma pour leur supposé soutien accordé à l’Opposition sont pourchassés jusque dans leurs foyers. Et leurs enfants, dont les âges varient entre seize et vingt-six ans (pour l’essentiel) sont des cibles potentielles, qui peuvent perdre le droit à la vie dès qu’un agent à la gâchette facile se présente devant eux. Pour toutes ces victimes, elles étaient à la date de ce mercredi, 14 mars 2018,  à quatre-vingt-treize.

Jamais la justice guinéenne n’a manifesté la volonté de retrouver le coupable. Même lorsque, parfois, des images lui sont fournies grâce aux nouvelles technologies.

D’ailleurs, il est difficile d’espérer que cela arrive puisque des plaintes formulées par des proches de victimes ont été rejetées par certains hommes en robe. C’est justement pour cette raison qu’au niveau de l’appareil sécuritaire, personne n’essaie depuis avril 2011 (date de l’assassinat du jeune Zakariaou Diallo) d’engager des enquêtes administratives pour traduire les auteurs de ces actes en justice.

Seulement, il y’a peu de chances que cette situation change. Parce qu’en plus des difficiles  circonstances politiques, il y’a des détails très subjectifs qui encouragent toutes ces graves violations des droits de l’Homme. Les prétendus réformes engagées dans les secteurs de la justice et la sécurité ne sont qu’une sorte de propagande, dont le seul but est d’arnaquer la communauté internationale afin de détourner cette dernière sur les dérives démocratiques du régime actuel. C’est dommage mais c’est cela.

Lorsque vous avez donc à faire à une justice manipulée et des services de sécurité partisans, il y’ a de quoi s’inquiéter. Il faut toutefois, rappeler à tous ces promoteurs de la haine qu’ils sont complices mais la Guinée restera debout. Car les valeureux fils et filles de ce pays ne le laisseront pas tomber. Et si les braves jeunes de Ratoma doivent encore supporter le coût, ils ne décevront pas leurs frères martyrs. Ils sont déterminés et prêts à tous les sacrifices pour une Guinée juste et qui traite tout le monde avec dignité.

D’une façon ou d’une autre, la raison prendra le dessus sur les politiques sectaires. Gandhi, Martin L. King, Nelson Mandela ont réussi leur lutte malgré qu’ils ne fussent pas vite compris.

Des tyrans comme : Benito Mussolini,  Adolf Hitler et Staline ont été vaincus grâce à l’engagement et à la détermination des peuples.

En fin, j’espère que l’enfer de la Guinée va s’éteindre. C’est alors que les jeunes martyrs deviendront des figures légendaires.

Aliou Baldé, journaliste-analyste

+224 628 006 243 / contact@lepointplus.info

Partager.

Laisser un commentaire