Prosper Dore tire sa révérence : l’hommage posthume à un pote

0

Jusqu’au bout, cet homme pétri de talent, rempli d’humour et de tendresse  a été décapant et déroutant même devant la grande faucheuse, la mort ! Prosper Dore (en élégant gentleman qu’il a toujours été)  nous a quitté, ce jeudi 26 janvier 2017 sans crier gare, sans avertir ou prévenir encore moins encombrer ou déranger qui que ce soit … lâchement  percuté avant par un motard et victime d’un violent traumatisme crânien alors qu’il rejoignait à pied sa paisible demeure de Kountia, au terme d’une journée de dure labeur.

Une voix s’éteint,  une grande plume se brise !

La nouvelle qui a eu l’effet d’un coup de massue nous laisse incrédule et ébaubi créant autour de nous un grand vide à la dimension du grand espace qu’il prenait dans nos cœurs et dans notre quotidien. « Dieu a donné, Dieu a repris on s’en remet à sa volonté et à sa miséricorde ! » se console, la mort dans l’âme, une vieille connaissance étreinte par la douleur.

Clap de fin tragique d’une vie qu’il croquait à pleines dents.  Prosper Dore ‘’le Pape’’ pour les intimes était un réceptacle de bonne humeur. Jamais la mine serrée, le visage froissé par la colère ou l’amertume, l’homme distillait à dose homéopathique un sourire contagieux, une joie de vivre et la convivialité usant et abusant de l’humour et de la satire. L’homme qui nous quitte a vu le jour  il ya 69 ans dans les fins fonds de Lola, localité située à cheval sur la frontière guinéo ivoirienne. Issu d’une grande et respectable famille coutumière, le jeune Dore qui a fait ses études primaires à Lola passera par le collège et le lycée technique de Conakry avant de rallier (du temps de la Révolution de Sékou ‘’le Fama’’)  la Côte d’Ivoire d’Houphouët et finalement l’Hexagone.

De retour au bord de la lagune Ebrié, Prosper Dore passionné du journalisme fera ses premiers pas dans la presse en qualité de chroniqueur à Ivoir Soir avant d’être Reporter au Quotidien de référence Fraternité Matin et plus tard, Consultant au Groupe de Presse ‘’les Montagnes d’Abidjan’’. Aguerri au métier et drainant une expérience de terrain, Prosper Dore regagnera le bercail à la faveur de l’ouverture du pays suite à la prise du pouvoir par l’armée en avril 1984 en Guinée.

Le pape est mort vive le pape !

L’homme à la plume alerte et fertile viendra étoffer la grande équipe de journalistes audacieux et téméraires qui ont lancé la glorieuse aventure du satirique ‘’le Lynx’’ au début des années 90 en Guinee. Croquant alors, à tout vent l’actualité socio économique et politique Prosper Dore, à coté des William Sassine, Sékou Amadou, Alhassane  Diomande, Bah Lamine, Hassan Abraham, Oscar le tocard et Souleymane Diallo animait des chroniques et des rubriques tenant en haleine de centaine de milliers de lecteurs ainsi que le landernau socio politique de la Fory Gouvernance.  Grand baroudeur  Prosper Dore a été  également Consultant à Plan Guinee et Conseiller en communication de l’ONG Fondation West Africa en 2000.

Son passage au Groupe Lynx -Lance durera plus de deux décennies avant que l’homme ne rejoigne en 2012 son complice et confrère du Groupe, ‘’Oscar le tocard’’ dessinateur caricaturiste pour créer et animer ‘’Bingo’’ le « quinzomadaire » satirique qui tourne en dérision l’actualité en Guinee et dans le monde.

Oscar, le Patron de Bingo avec qui il partage tout est inconsolable : « je perds un ami et un collaborateur humble et admirable… Dore était un pilier de Bingo : rédacteur en chef et secrétaire général du journal, il était un professionnel rigoureux et compétent… une plume alerte et acerbe, un style décapant, une culture colossale. Il nous laisse un vide difficile à combler » confie, la gorge nouée, les larmes aux yeux,  le Directeur de Bingo Magazine.

Dans ses rubriques de légende ‘’Edito ou tard ou la mare aux politicards’’  dans Bingo, le maestro  Dore maniait sa plume avec une aisance et une fertilité d’esprit déroutantes dépeignant  avec brio les maux et autres travers de notre société.

A Bingo Magazine, le staff  qu’il côtoyait  il ya quelques semaines lors de l’atelier de caricature et de bandes dessinées ‘’Bulles d’encre’’ est groggy par cette perte subite et énorme d’un des piliers de la rédaction. L’homme était aimé et respecté pour son professionnalisme et son humanisme. « Le sage était là pour régler les petits différents et distiller la bonne humeur chaque fois que l’atmosphère était chargée ou électrique » se souvient le jeune Dioubaté, infographe du groupe. Le Pape avait le mot juste pour chacun et tous.

Ironie du sort, c’est un coup KO assené par un lâche motard ayant a pris la poudre d’escampette qui l’a plongé dans un coma profond et irréversible. Un tragique accident de route de plus qui  hélas, a eu raison de cet homme affable et généreux.  Sûr que derrière le rideau de l’outre tombe,  tu dois te marrer  de ce motard-tocard et irresponsable de Bingodougou et ses condéfilis qui nous prive à jamais de ton agréable compagnie. Quelle lâcheté ?

Veuf depuis plus de dix ans et père de 4 filles adorables, Prosper Dore rejoint ainsi comme ses illustres devanciers,  le royaume du silence, en nous laissant le souvenir impérissable d’un homme au commerce facile, d’un professionnel  hors pair,  travailleur infatigable,  et qui plus est d’un bon vivant  qui aimait son pays pour l’essor  duquel il s’est battu avec l’arme de la plume et  la glaive de la satire.

Repose en paix  Grand guerrier ! Chapeau bas pour saluer ta mémoire, illustre combattant pour les causes nobles et justes, ardent défenseur de la liberté de presse et d’opinion. Ton exemple inspirera la nouvelle génération. La famille de la presse, tes amis et proches te garderons toujours à l’esprit et dans leurs cœurs.  Range ta plume et dors en paix !

                                  Ibrahima Ahmed Barry, journaliste Consultant

Partager.

Laisser un commentaire