Traduire

Paix et sécurité : des femmes de la CEDEAO au devant

0

Abidjan, le 3 avril 2017. La remobilisation des organisations de femmes d’Afrique de l’Ouest pour l’intégration des peuples ouest-africains est au centre de la 3ème assemblée générale du Réseau paix et sécurité pour les femmes de l’espace(REPSFECO).

Cette rencontre a démarré le lundi 3 avril 2017, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence du ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, de celui de la Femme et de l’Enfance de la Côte d’Ivoire, du représentant spécial du président de la Commission de la Cedeao dans ce pays, Babacar Carlos Mbaye, des partenaires techniques et financiers travaillant sur les questions de paix et de sécurité en Afrique de l’Ouest.

Elle devra permettre aux participants de renouveler le mandat des instances du réseau et de définir une feuille de route devant traduire en actions concrètes les politiques initiées par la Cedeao en matière de lutte contre les conflits, la radicalisation et le terrorisme, ainsi que les conséquences de ces fléaux sur les femmes et jeunes filles.

Au cours de la rencontre, la Cedeao a exhorté le RESPFECO à s’approprier le Plan d’action 2017- 2020 pour la Composante femmes, paix et sécurité du cadre de prévention des conflits de l’organisation régionale.

Il en de même pour les résolutions 2242 et 2250 du Conseil de sécurité des Nations-Unies pour une prise en compte de la parité dans les missions de paix et de sécurité, ainsi que des besoins spécifiques des femmes et des jeunes filles pendant les différentes étapes de conflits.

Pour rappel, le REPSFECO a été créé le 28 juillet 2009 par la Cedeao comme mécanisme de veille, d’alerte, d’appui, et de conseil pour améliorer ses différentes interventions au niveau régional, principalement en matière de paix et de sécurité.

Il a pour mission de coordonner et d’optimiser les rôles et initiatives des femmes dans la prévention des conflits, le maintien de la paix, les opérations de reconstruction post-conflit et la promotion des droits humains, notamment ceux des femmes et d’autres groupes vulnérables.

Pour ce faire, le réseau s’est attelé à la mise en place d’antennes nationales pour assurer un maillage à l’échelle régionale et permettre ainsi des interventions rapides et concertées sur les défis liés au genre, à la paix et à la sécurité.

Le REPSFECO est opérationnel dans 11 Etats membres de la Cedeao à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cabo Verde, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Source : Ecowas

 

Partager.

Laisser un commentaire