Traduire

Guinée : un film documentaire pour retracer les atrocités commises à Womey

0
Membres du comité crise de Womey

Membres du comité crise de Womey

Le 16 Septembre dernier, une délégation,  composée des membres du gouvernement,  des activistes de la société civile, des journalistes et du personnel de la santé, partis à Womey, localité située à 51 km de N’Zérékoré, pour la sensibilisation sur l’épidémie Ebola, a été attaquée par des habitants  de la cette localité.  Huit personnes, dont trois journalistes,  ont été tuées lors de l’attaque.

Des semaines durant, la  sous préfecture de womey était sous contrôle de l’armée. Un comité de crise était mis en place pour dénoncer les exactions perpétrées contre les habitants de womey.

Quatre mois après la démilitarisation de Womey , le comité de crise, à travers la projection d’un film, a montré  jeudi, à Conakry, des images choquantes provoquées par les militaires déployés pour assurer le maintien de l’ordre.  A travers ce film documentaire, le comité montre les images des maisons, des boutiques vandalisées, des champs dévastés et des témoignages de quelques filles victimes de viol collectif.

« Plus de cinq mille personnes ont quitté leurs villages lors de ces  événements. Cela a provoqué la mort de 15 personnes en brousse avec des viols de la part des gens qui sous-tendent   agir sous le drapeau national », affirme docteur Faya Millimono, membre du comité de crise et leader politique guinéen.

Par ailleurs, Faya Millimono  a expliqué les démarches effectuées sur le terrain par  le comité de crise, dont il fait partie, en vue de faire  la lumière sur  ces crimes. Malheureusement, selon le leadeur du Bloc libéral,  « les démarches  du comité sont restées sans suite depuis le dépôt de la plainte à N’Zérékoré ».

«  Aucun présumé coupable n’a encore été entendu par un juge d’instruction du côté de la région forestière », a fait savoir Faya Millimono.

Face au refus obstiné des autorités judiciaires à traduire les présumés coupables des ces exactions, le comité de crise de Womey n’entend pas baisser les bras. L’hypothèse de saisine des juridictions supranationales n’est pas exclue dans les démarches du comité.

Abdoul Matlaby Baldé pour zoneafrique.net

Partager.

Laisser un commentaire