Guinée : suspens autour de la participation de l’opposition au dialogue

0

CONAKRY-La plénière de l’opposition de du vendredi au domicile de l’opposant Sidya Touré, visant à examiner le courrier du ministre de la justice pour l’ouverture du dialogue politique, mardi 16 juin, n’a pas donné l’effet escompté. Alors que l’opinion attendait à ce que les leaders politiques donnent un avis ‘’favorable ou défavorable’’ à l’invitation, les opposants ont préféré garder le suspens.

Opposition-12-06-2015

Opposition-12-06-2015

Après plusieurs de tractations, les opposants au pouvoir de Conakry sont sortis avec les mêmes griefs, même s’ils notent une ‘’petite avancée’’ en ce qui a trait à l’arbitrage de la communauté internationale. A l’issue de la réunion, le porte-parole, Aboubacar Sylla a déclaré qu’ils ont examiné le courrier du ministre Chéik Sako. « Si nous avons trouvé une toute petite avancée en ce qui concerne la communauté internationale qui est retenue pour participer à ce dialogue, mais nous constatons que nos principales revendications n’ont pas été répondues »

Pour lui, il y a beaucoup d’incertitudes aux dispositions prises par le gouvernement pour assurer les conditions de réussite à ce dialogue.

« D’abord, explique l’opposant, nous avons juste appris du ministre de la Justice qu’il a adressé un courrier à la CENI pour le gel momentané des activités électorales liées notamment aux communales. Nous avons vu annexée à sa lettre, un courrier qu’il a adressé à la CENI à cet effet, mais la CENI n’a pas réagit à ce sujet ».

A cet effet, l’opposition dit ne pas pouvoir ‘’préjuger’’ de la réponse que le président de la CENI va donner à cette demande du ministre de la Justice.

« Nous n’avons pas retrouvé nos préoccupations que nous avions exprimées à la délégation qui était venue nous rencontrer. C’est le cas notamment de l’annulation du calendrier électoral prévoyant l’organisation des élections communales en 2016 et la libération de nos manifestants qui sont incarcérés, certains jugés et condamnés et d’autres sans jugements avec des procès expéditifs. Nous allons dès demain vers lui pour obtenir des clarifications sur ces questions essentielles. Donc, au jour d’aujourd’hui, nous ne pouvons pas répondre si nous allons participer à l’ouverture du dialogue prévue le mardi 16 juin », a clarifié Aboubacar Sylla.

Constats

Faya Milimono

Faya Milimono

Au moment où les opposants au régime de Condé tentent d’harmoniser leurs violons avant la relance du dialogue,  Faya Millimono, le président du Bloc Libéral a claqué la porte avant la fin de la rencontre. En ce moment, rien n’a pu filtrer sur les raisons du départ précipité de l’opposant au moment.

En plus de ce constat,  une absence très remarquable à cette réunion a été notifiée. C’est celle du chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, en déplacement à Paris. Mouctar Diallo, leader des Nouvelles Forces Démocratiques n’y était pas non plus.

Le principal parti de l’opposition, UFDG était représenté par son vice-président, Fodé Oussou Fofana et son secrétaire général, Aliou Condé.

Aliou Diallo

Partager.

Laisser un commentaire