Guinée : la Société civile divisée dans l’appréciation de derniers accords politiques

0

Le Vice-président en charge des questions économiques au sein du Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée a organisé une conférence, vendredi 28 octobre 2016, à Conakry pour parler du rôle qu’il a joué au cours du récent dialogue politique inter-guinéen. Docteur Abdoulaye Diallo tente de recoller les morceaux d’une Société civile en décadence.

 » Ces accords sont le fruit de sacrifices énormes, des plusieurs démarches et consensus pour la recherche de la paix, la cohésion sociale, la quiétude et la stabilité politique et économique de la Guinée », rappelle-t-il

Porte-porte de la société civile guinéenne lors de ce dialogue, Docteur Abdoulaye Diallo persiste et signe que sa ‘’signature engage l’ensemble de tous les membres de sa structure et les autres partenaires’’ ayant participé aux discussions.

 » Le CNOCS et ses partenaires de la Société Civile en qualité d’observateur ont participé à ce dialogue politique et ont signé les accords en toute responsabilité après avoir obtenu un consensus général de ses structures à la base et de ses partenaires », mentionne-t-il.

Sauf que des voix dissidentes ont désapprouvé ces accords, dès sa signature, dans son volet mode de désignation des chefs de quartiers et districts. Sur ce point, le vice-président du Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée reste ferme.

« Je demande le CNOCS et ses partenaires d’assumer toute la responsabilité de la signature de ces accords », insiste-t-il.

S’il y a des objections à faire, Docteur Diallo préconise à ce que les uns et les autres usent ‘’les voies légales pour tout recours afin de permettre aux institutions constitutionnelles de jouer leur rôle dans l’ancrage de la démocratie dans notre pays ».

Face à l’ambigüité des positions affichées par certains acteurs de la société civile sur ces accords, d’aucuns prédisent déjà une fin proche de l’unité au sein de cette même plateforme. Les plus sceptiques évoquent dees velléités entretenues par certains membres du CNOSC visant à sacrifier Docteur Diallo de cette plateforme.

En tout cas, le Secrétaire national de la jeunesse et de l’emploi des jeunes au sein du CNOSC  a donné le ton hier, jeudi, en jetant l’éponge dans le bureau exécutif. Aboubacar Sylla  justifie sa décision par l’opacité dans la gestion au sein de cette institution.

Mariam Sylla

www.zoneafrique.net

Partager.

Laisser un commentaire