Traduire

Guinée : frustrés, les membres du CNT se désenchaînent contre le gouvernement

0

Des membres du conseil national de la transition (CNT), regroupés au sein d’un collectif, s’insurgent contre la non application par l’Etat guinéen de l’ordonnance portant ‘’dispositions spéciales’’ en leur faveur pour ‘’service rendu à la Nation’’. Le défunt CNT,  composé de 159 membres, réclame à l’Etat le montant forfaitaire de trois cent millions de francs guinéens par personne.

Collectif des membres du CNT

Collectif des membres du CNT

Faisant office d’organe législatif pendant la transition (2009-2010), des mesures d’accompagnement étaient prévues pour les acteurs ayant conduit la transition (CNDD, gouvernement et CNT).

Plus d’une année que le CNT a cédé la place à l’Assemblée Nationale, les membres de ce conseil transitoire courent derrière leurs émoluments pour service rendu.

‘’Il y a un droit que nous réclamons à corps et à cris, contre vents et marées, indépendamment de toute originalité ; de toute ethnie, de toute confession religieuse ou politique’’, a clamé haut et fort, El hadj Mamadou Saliou Diallo, membre du collectif.

Au cours de leur exposé mardi à Conakry, les déçus ont brandi un courrier du ministre de l’économie et des finances d’alors, signé le 10 novembre 2010. Dans ce courrier, Kerfalla Yansané s’était engagé, au nom du gouvernement, de payer la facture selon le mode suivant :

1 ‘’Emission d’un titre d’Etat par membre de valeur nominale de soixante millions de francs guinéens dont l’échéance de payement est fixée à trois mois escomptable à vue’’.

2 ‘’Emission de quatre titre d’Etat par membre de valeur nominale de soixante millions de francs guinéens à maturité semestrielle dont la première échéance est fixée au 30 juin 2011, escomptable trois mois avant l’échéance.’’

Compte tenu de la lenteur dans l’exécution de cette mesure, les membres du CNT qualifient l’attitude de ‘’refus’’ de la part du gouvernement en place. C’est pourquoi ils demandent aujourd’hui d’être  rétablis dans leur droit.

‘’Aujourd’hui, nous formulations notre demande respectueusement à ces grands ministres de la République, de payer la facture et d’organiser notre cérémonie de décoration que nous allons jalousement garder même en temps de guerre. Le droit ne se négocie pas. Car, sans justice sociale, il n’y a pas de paix sociale’’, a martelé M. Diallo

Pendant que les membres du CNT réclament leur indemnité, les autres acteurs de la transition comme le gouvernement et certains membres du CNDD, ont déjà perçu leur dû.

Pour rappel, les anciens ministres de la transition avaient reçu 500 millions de francs guinéens comme primes d’accompagnement.

Alpha Binta et Mamadou Aliou Diallo

Partager.

Laisser un commentaire