Traduire

Guinée: les femmes très actives dans les carriéres, exploitent du sable et du gravier

0
Femme dans la carrière

Femme dans la carrière

L’exploitation du sable et du gravier dans les carrières guinéennes demeure une façon pour les habitants de se faire de l’argent. Des dizaines de personnes s’y rendent en espérant faire fortune. Du fait de la pauvreté, ce phénomène est aujourd’hui pratiqué par la couche féminine en Guinée.

A Dubréka, situé au nord de Conakry, les femmes ont abandonné tout pour se livrer à l’exploitation du sable et du gravier dans les carrières. Dans les villages, le commerce du sable ou du gravier est une affaire juteuse malgré les risques liés à cet exercice.

Non loin du marché de la commune rurale de Tobolon, préfecture de Dubréka, les femmes sont regroupées au sein d’une association pour bien mener leur activité d’exploitation et de vente du gravier ou du sable.

Bébé sur le dos, une mère de famille, reconvertie en artisane, a expliqué au reporter de zoneafrique.net les  »pénibles » conditions de travail dont elles font face dans la carrière. « Nous souffrons énormément dans la carrière. Comme vous le constatez, nous n’avons même pas des outils appropriés pour exercer cette activité. On le fait malgré nous…», témoigne madame Sylla.

Selon la dame (photo ci-dessus), la plupart des femmes de son village gagne leur pain dans l’exercice d’exploitation dans les carrières.

Carrière de sable et du gravier

Carrière de sable et du gravier

«Pour faire face à nos besoins, on se livre à cette activité. Certains de nos maris ne travaillent pas. La charge de nos familles retombe sur nous. Un tas de sables, de graviers et de bocs se négocient entre cent cinquante à deux cent mille francs guinéens », rapporte-t-elle.
De l’avis des spécialistes environnementaux, l’exploitation abusive de la carrière contribue en grande partie à la dégradation du couvert végétal et occasionne le réchauffement climatique.

Abdoul Matlaby Baldé pour zoneafrique.net

Partager.

Laisser un commentaire