Traduire

Guinée : division entre parlementaires au tour du contrôle de l’action gouvernementale

0
Vue Palementaire

Vue Parlementaire

Après plusieurs années de transition, la Guinée est dotée d’une assemblée nationale depuis janvier 2014. A la date d’aujourd’hui, l’institution peine encore à jouer son rôle de contrôle de l’action gouvernementale. Une situation qui intrigue certains députés de l’opposition.

De l’avis de l’opposition, le travail reste encore à faire pour que l’assemblée nationale puisse contrôler correctement l’action gouvernementale en Guinée.

Pour dénicher certaines tares au sein de différentes unités industrielles du pays, El hadj Aliou Bah, député uninominal de la commune de Ratoma, propose « la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire au niveau des certaines unités industrielles ». Ceci permettra, selon lui, à savoir par exemple, les raisons de la fermeture de l’usine de Fria ou encore les motifs de l’expédition récente d’une quantité importante du minerai de fer à Forécariah.
A en croire l’élu de l’opposition, plus de 70 députés avaient signé une pétition pour la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire. « Malheureusement elle n’a pas vu le jour, parce que la majorité met les pieds sur le dossier, particulièrement le président de l’Assemblée Nationale », accuse-t-il.

A l’opposé, le camp présidentiel balaie d’un revers de la main ces allégations. Pour l’élu uninominal de Kankan, l’assemblée nationale essaie tant bien que mal de contrôler les actions de l’exécutif.

 » Au delà d’être députés du peuple, nous sommes tous issus des localités. On profite des visites du terrain ou vacances parlementaires pour vérifier, si ce que les départements annoncent sont respectés. Et puis, lorsqu’on reçoit des dossiers qui concernent l’intérêt national on interpelle les cadres pour avoir des précisions. C’est ce qu’on appelle contrôle de l’action gouvernementale’’, précise Sékouba Konaté, député uninominal de Kankan.

Abdoul Matlaby Baldé

Partager.

Laisser un commentaire