Faible taux de réussite au Bac 2018 : la version du SLEEG-Aboubacar Soumah

0

Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), version Aboubacar Soumah s’est prononcé, mardi 24 juillet 2018, sur le faible taux de réussite enregistré lors des examens nationaux de fin d’année, notamment au baccalauréat unique.

Accusé à tort ou à raison d’être à la base de cet échec pour avoir déclenché une grève en début d’année, le camp d’Aboubacar Soumah a estimé en conférence de presse que les causes sont à chercher ailleurs.

Il s’agit du retard de la tenue des ateliers régionaux, de la précipitation dans l’organisation des examens nationaux, du manque d’écart entre les différents examens et de repos dans leur déroulement ou encore de la diffusion tardive de la note de service désignant les surveillants. Cela a été fait à dessein, selon eux, pour en éliminer d’autres et les remplacer par les leurs.

« A cela, il faut ajouter la diminution du nombre de surveillants, de correcteurs,  de secrétaires, alors que l’effectif des candidats a augmenté pour cette année. Ensuite il faut noter le choix des personnes qui ne sont pas enseignantes pour la surveillance, pour la supervision et le secrétariat; le manque de cahiers de brouillon un peu partout, le retard dans l’acheminement dans les centres, l’absence de certains délégués, la politisation des examens par militantisme et par clanisme en lieu et place des enseignants.», a accusé Aboubacar Soumah, ajoutant également ‘’ la décision des autorités de ne pas orienter les bacheliers dans les institutions d’enseignement supérieur privées’’.

Plus loin, le SLEEG soutient que les ‘’vrais’’ résultats n’ont pas été publiés et ne reflètent nullement la prestation des candidats.

« La commission du jury de correction du bac 2018 nous relate une bonne prestation des candidats. Le SLECG, après enquête, analyse et interprétation des résultats, trouve que ces résultats ne reflètent pas la prestation des candidats et demande en conséquence au service national des examens de sortir les vrais résultats. Le SLECG demande aux élèves et parents d’élèves de s’apprêter à la vérification qui est la meilleure voie pour faire jaillir la vérité sur les résultats » a lancé Aboubacar Soumah.

Depuis 2017, fait observer le SLEEG, le taux de réussite ne fait que régresser.  En illustration, Aboubacar Soumah a rappelé qu’il y a eu (27%) en 2017, (26,04 %) en 2018 avant de prédire ‘’ en 2019 aussi, ça sera en dessous de ce pourcentage-là’’.

« C’est déjà programmé, puisqu’ils ne veulent pas le surplus des admis aux institutions d’enseignement privées», argumente-t-il.

Mariam Sylla

Partager.

Laisser un commentaire