Exploitation minière en Guinée : un constat pas reluisant pour les communautés

0

 

Un document de plaidoyer en faveur du respect des droits des communautés riveraines des zones minières en Guinée a été présenté, jeudi 03 novembre 2016, au palais du peuple de Conakry. Produit  par l’ONG, Action Mines-Guinée, sous l’appui financier de OSIWA, ce document répertorie les préoccupations des citoyens à la base sur les activités minières exercées dans leurs localités.

Intitulé ‘’ La voix des Communautés riveraines des Zones Minières’’, ce projet, réalisé en 16 mois, a ciblé les préfectures de Boké, Kindia, Forékariah, Dinguiraye, Siguiri, Kérouané et Beyla pour toucher du doigt ce que vivent les populations de ces zones où l’exploitation des minerais reste d’actualité .

Amadou-bah, directeur exécutif Action Mines

Amadou-bah, directeur exécutif Action Mines

«  Nous avons sillonné ces sept localités et discuté avec les citoyens sur les questions concernant leur cohabitation avec les activités minières», a expliqué Amadou Bah, directeur exécutif de Action Mine-Guinée.

Selon lui, le constat est peu reluisant par le fait que les sociétés minières et les multinationales qui exploitent dans ces zones ne respectent pas les droits des communautés riveraines, conformément au code minier.

C’est pourquoi, mentionne-t-il, ‘’ce document de plaidoyer s’adresse à l’Etat guinéen (garant de la gestion et le suivi de la politique minière) et à l’Assemblée Nationale (organe en charge de légiférer et d’assurer un contrôle parlementaire sur la gestion des ressources du pays).

Les partenaires techniques et financiers (principaux appuis de l’Etat dans la bonne gouvernance des ressources extractives) et les acteurs de la société civile (en charge d’assurer une surveillance citoyenne de la gestion du secteur extractif) sont aussi interpellés dans ce document.

«  Ce présent plaidoyer vise à susciter davantage une prise de conscience des enjeux réels du secteur minier pour qu’enfin les droits des communautés riveraines des sites miniers soient protégés et respectés  de la manière la plus possible (….) Notre ambition est d’emmener les parties prenantes à semer les graines d’une meilleure cohabitation pour éviter les remous entre communautés et sociétés minières », indique le directeur exécutif de AMINES-Guinée.

Parmi les recommandations mentionnées dans ce document, figurent entre autres la vulgarisation du code minier, la vulgarisation du contenu des contrats miniers, le renforcement des capacités des élus locaux sur le cadre légal et réglementaire   du secteur minier, la formation des communautés sur les voies de recours en cas de violences de leurs droits.

Outre la production de ce document, les porteurs du projet ont réalisé cinq films documentaires, dont un sur le projet Simandou et quatre sur les types de minerais exploités dans les préfectures cibles, notamment Kindia( Mambia), Boké (Kamsar et Sangaredi) Beyla, Siguiri, Kérouané ou encore Forécariah.

Dans ces différents documentaires, les populations rencontrées relatent les conditions dans lesquelles l’exploitation des ressources minières se pratique chez elles. Elles affirment qu’elles ne bénéficient d’aucune retombée de la part des sociétés ou des multinationales. Pire, racontent les citoyens, leurs maisons sont fissurées, marigots taris, sol dégradé par l’exploitation abusive de leurs ressources.

Les députés Hadja Aissata Daffe et Aliou Bah, touchés par le non-respect des droits des communautés riveraines des zones minières, ont promis de soutenir les actions de l’ONG, Action Mines-Guinée.

La cérémonie de présentation a connu la présence du représentant d’OSIWA Guinée, des députés à l’Assemblée Nationale, d’anciens ministres et des organisations de la société civile guinéenne.

Alpha Binta Diallo

www.zoneafrique.net

zoneafrique766@gamail.com

.

 

Partager.

Laisser un commentaire