Droit de réponse à François Soudan de Jeune Afrique

1

Décidément la bouteille de whisky et la caisse d’argent suffisent à François soudan pour devenir menteur et flagorneur au service de l’ami de la place d’Italie devenu par l’effraction que seule l’histoire peut en produire, président de la république de guinée. Et c’est au nom de cette amitié que le hideux rédacteur en chef de jeune Afrique entête dans son acharnement contre les peuls.

A le lire on se rend tout de suite compte qu’il exprime et traduit la pensée de alpha condé qui n’a jamais caché sa « foula phobie ».

Les faits parlent d’eux-mêmes de 2010 à nos jours, c’est bien les peuls qui payent le lourd tribu à sa gouvernance.

C’est un buffet garni de discrimination, d’exclusion de mépris et de haine dans tous les domaines d’activités de la vie nationale ajoutez-y les morts (87) à ce jour, les blessés les handicapés à vie, les pillages les vols, les viols et les injures grossières à caractère ethnocentriste.

Mais François soudan la plume de son maître Alpha Condé n’a pas d’yeux pour voir encore moins d’oreilles pour entendre.

Sa mission consiste à casser du peul, à broyer du peul, à discréditer la communauté en présentant l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) comme un parti ethnique alors qu’il est national. Il mérite la camisole du cabano quand il décrit l’axe comme un ghetto peul en ignorant volontairement le dur labeur de ses habitants qui y vivent depuis des décennies.

Il y a à se demander comment un rédacteur en chef d’un journal comme Jeune Afrique de Béchir et Danielle Ben Yahmed, de Siradiou Diallo et d’autres qui ont fait la gloire de ce mensuel panafricain, peut venir couvrir de simples élections communales en lieu et place d’un simple journaliste si ce n’est pour se rapprocher de l’ami Alpha Condé et être son porte-plume, pour dénaturer les faits, détourner l’attention et intoxiquer l’opinion nationale et internationale.

L’attaque suivie de la tentative d’assassinat de Cellou Dalein Diallo en plein jour, n’est pas une nouvelle tout comme les déclarations publiques et solennelles de Malick Sankhon et de Aboubacar Soumah, de disposer de milices constituées de milliers de jeunes, ou encore la fraude à grande échelle de ces élections locales par Alpha Condé au profit du RPG, ne sont non plus des sujets à traiter.

Tout comme d’ailleurs la campagne menée par Alpha Condé sur fond d’inauguration de centres de santé suivie de ses ministres et hauts cadres de l’état avec l’argent et les véhicules de l’état, ou encore l’implication directe et aveugle des administrateurs territoriaux (gouverneurs, préfets et sous-préfets), des chefs de quartiers et districts dénoncés pourtant par l’ensemble des leaders politiques.

Non l’ivrogne de François Soudan n’a rien vu de tout cela, il n’a vu que les peuls et leur ghetto de l’axe pour leur jeter l’opprobre et les présenter comme étant les seuls en Guinée qui empêchent Alpha Condé de gouverner comme l’empereur Bokassa 1er.

Tout ce lynchage médiatique des peuls planifié par Alpha Condé ne vise en fait qu’un seul objectif, celui d’isoler Cellou Dalein Diallo sur la scène nationale et internationale en le présentant comme un chef de communauté et non un leader politique rassembleur et fédérateur de l’ensemble des ethnies du pays.

Et pourtant ces élections communales ont fini par achever les plus sceptiques que l’UFDG n’est pas un parti régionaliste, ni ethnique.

Contraint par cette menace, Cellou Dalein Diallo se verra dans l’obligation de reconnaître les faux résultats de ces élections locales comme d’ailleurs celles de 2010, 2013 et 2015 dont François Soudan n’a rien vu.

Malheureusement pour Alpha Condé et François Soudan, cette fois-ci c’est non et non.

Cellou Dalein Diallo qui a suffisamment donné la preuve de son attachement à la paix et à la stabilité du pays, n’acceptera pas de se faire voler une fois de plus, sa victoire. Car comme le dit un proverbe soussou « kouri gueme

Sakhan nara « ce qui veut dire «la cuisine possède 3 pierres pour mettre la marmite au feu ». 2010, 2013 et 2015.

En 2018, ce sera la vérité des urnes ou tout ce que Alpha Condé qui juge l’attachement de Cellou Dalein Diallo au dialogue, au compromis, à l’unité, à l’entente, à la quiétude la paix et la solidarité comme des valeurs cardinales à défendre jalousement, comme une faiblesse, voudra qu’on fasse de la Guinée.

Le seuil de l’intolérable est atteint.et ça François Soudan le sait bien. Mais il tente désespérément par sa plume frivole, de l’ignorer comme il le fait toujours avec les dictateurs africains comme Sassou Nguesso au Congo Brazzaville où sa femme fait prospérer de bonnes affaires.

Puisque ce journaliste prostitué est un récidiviste avéré contre les peuls, j’invite tous les intellectuels peuls à prendre leur plume pour le dénoncer publiquement afin qu’il sache qu’il n’a pas l’exclusivité de l’arrogance du mensonge de la calomnie et de la fourberie.

L’autre démarche consistera à mobiliser toute la communauté peule de France étendue à l’Europe, à organiser une marche de protestation ou un sit in devant les locaux de Jeune Afrique à Paris, pour dénoncer avec véhémence l’acharnement, le mépris et la haine de cet escroc de François Soudan qui vit aux crochets des dictateurs africains.

Trop c’est trop. Œil pour œil une dent pour toute la gueule comme le disait le lion de Helayabhe (Dinguiraye), BA MAMADOU.

QUE DIEU AIT SON ÂME.

AMEN!

 Par  Amadou Diouldé Diallo, Journaliste et historien

 

Partager.

Un commentaire

  1. Merci Mr Amadou. Djoulde maintenant tu es Bah, que dieu vous protèges et bénissent votre plume.
    ماشاء الله مشكورين يا سيدنا جولدي جالو ولكن أصبحت باه من الآن، لقد بوركت حفظك الله.

Laisser un commentaire