Traduire

Chronogramme électoral  en Guinée : les députés de l’opposition pas contents

0
Meeting-opposition (archives)

Meeting-opposition (archives)

Depuis l’annonce du calendrier des élections présidentielles et communale de 2015, les réactions se multiplient au sein de la classe politique guinéenne. En guise de protestation, les députés de l’opposition menacent de quitter l’hémicycle si la commission électorale nationale indépendante (CENI) s’entêtait à organiser les présidentielles avant les communales.

Selon Mamadou Aliou Bah, député de l’UFDG, les propositions de lois émises par l’opposition n’ont jamais été prises en compte par le président de l’assemblée nationale.

« Le président de l’assemblée nationale n’a jamais voulu une seule fois  mettre nos propositions à l’ordre du jour », accuse l’élu de l’UFDG, avant de justifier leur départ au sein de l’assemblée nationale.

 »Nous avons proposé l’amélioration du code électoral, la structure de la CENI et la révision du règlement intérieur de l’Assemblée. Depuis l’ouverture de la première session des lois rien n’est fait. Cela suppose que notre présence est inutile »

Et pourtant, s’argumente-t-il , « nous avons toujours voté avec eux tous les projets de lois qui favorisent le développement national. Je ne vois plus notre raison de continuer à siéger avec des personnes qui n’acceptent jamais le partage d’idée.

En réaction de ces menaces de l’opposition, le camp présidentiel estime l’opposition doit s’abstenir d’entreprendre de telles décisions pour favoriser la paix dans le pays.

« La politique de la chaise vide n’est pas la solution du problème.  Lorsque les députés de l’opposition ont quitté l’hémicycle l’autre fois, ils ont regretté par après », rappelle Sékouba Konaté, député du RPG

Aujourd’hui, ajoute-t-il, l’Assemblée Nationale Guinéenne est composée de 15 partis politiques, chose qui est rare en Afrique.

Au cas où, l’opposition met à exécution cette menace, l’assemblée va devenir mono colore, reconnait le député de la mouvance.

La rédaction de zoneafrique.net

Partager.

Laisser un commentaire