Front contre la hausse du carburant en Guinée : les forces sociales renforcées par le SLECG

0

Les forces sociales de Guinée contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe ont obtenu, mercredi 11 juillet 2018, l’adhésion du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) dirigé par Aboubacar Soumah.

L’annonce a été faite par le secrétaire général de cette branche syndicale qui s’était déjà désolidarisé aux actions de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG.

« Nous sommes du côté de la population. Le SLECG adhère aux Forces sociales » a annoncé Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG, qui invite à cet effet ‘’les guinéens à se mobiliser pour se battre’’.

Mardi dernier, des milliers des guinéens sont sortis, à l’appel des forces sociales, pour dire non à l’augmentation du prix des produits pétroliers à la pompe, passant de 8.000 à 10.000 francs guinéens.

Au terme de la marche, la société civile a donné un ultimatum de 24 heures au gouvernement pour ramener à 8.000 francs guinéens le prix du carburant.

Parallèlement, l’inter-centrale syndicale annonce le durcissement de la grève si les négociations de ce jeudi n’aboutissaient pas à la baisse du prix du carburant.

« Aujourd’hui, toutes les options vont être mises sur table. De la grève perlée, nous irons à la grève illimitée voir même à la marche verte, qui consiste à fixer une heure à laquelle toute le monde convergera vers un lieu déterminé » a menacé un syndicaliste qui participe aux négociations entre gouvernement et syndicat.

Dans un communiqué publié mardi, le gouvernement a justifié cette augmentation par la hausse des cours mondiaux du pétrole.

Mariam Sylla

Partager.

Laisser un commentaire